Colloque international « Arts et Mobiles », 4 et 5 décembre 2014

 Arts et Mobiles

4 et 5 décembre 2014

INHA, Salle Vasari, Paris

Colloque international organisé par Laurence Allard, Roger Odin, Laurent Creton

Pour sa troisième saison, le groupe de recherche « Mobile et Création » de l’IRCAV aborde frontalement dans le cadre de ce colloque le rapport à l’Art des terminaux et services ayant des fonctionnalités mobiles (téléphones, smartphones, tablettes et autres phablets). En cette année de consécration d’un genre photographique propre au mobile, le « Selfie » (élu mot de l’année par l’Oxford Dictionnary), il semble opportun, après avoir documenté et mis en avant dans les colloques précédents la créativité des praticiens de mobiles dans les domaines de la vie ordinaire, de l’éducation ou de la médiation, de se pencher plus spécifiquement sur les mondes de la création et de l’art.

Cinéma, vidéo, publicité, musique, beaux-arts, littérature, spectacle vivant, nouvelles créations algorithmiques ou jeux transmédia : tous les champs des arts et des industries créatives peuvent être interrogés suivant une double question-programme : qu’est-ce les mobiles font aux arts et à l’Art ? et qu’est-ce que l’Art et les arts font aux mobiles ?

Les artistes sont des usagers des mobiles et nous souhaitons interroger leurs relations à ces outils dans leurs pratiques de création ainsi que les modalités selon lesquelles s’ouvrent le champ des disciplines artistiques dans le détournement créatif des terminaux, des services et des fonctionnalités mobiles.

Quels espaces et quels contextes de réception pour ces productions mobiles ? Qu’est ce que cela change quand la réception se fait elle-même mobile ? Quelles interactions avec les acteurs économiques du secteur des télécoms ? Quelles redéfinitions de la pratique artistique et de l’Art en général sont induites par ces outils et ces pratiques ?

JEUDI 04 DÉCEMBRE 2014

9h00 : Accueil des participants

9h30 : Ouverture du Colloque et Introduction générale par les organisateurs : Laurent Creton, Laurence Allard, Roger Odin

10h-10h45 : Conférence inaugurale de Larissa Hjorth,  (RMIT University Melbourne, Australia) :

« Mobile Media Art- Micronarratives » 

11h-13h : Session « Comment peut-on parler d’un art photographique mobile ? »

Sébastien Appiotti (Photophores, France)

Eloise Capet  (MOBAG, France)

Sven Buridans (Mouvement Art Mobile, Québec)

Gaby David (EHESS)

Pauline Escande-Gauquié (Paris V-Celsa)

Pause déjeuner

14h00-14h45 : Conférence de Alain Fleisher (Directeur du Fresnoy) : « Objets filmeurs, sujets filmés »

15h00-17h30 : Session « Les arts mobilisés »

Sébastien Pluot (ESBA, Angers)

Jean-Louis Boissier (Paris 8)

Dominique Cunin (ENSADLab)

Françoise Paquienséguy (Elico, Sciences-Po Lyon)

Sylvie Bosser (Paris 8-CEMTI)

Jean-Claude Taki (artiste)

Augusto Sainati (Università degli Studi Suor Orsola Benincasa, Napoli)

Cocktail, salle Aby Warburg, 18h

 

VENDREDI 05 DÉCEMBRE 2014

 

9h30-10h00 : Conférence de Jean-Paul Simon (IPTS/JPS Public Policy Consulting) : « Les enjeux économiques du mobile en regard de ses usages créatifs »

10h45-13h : Session « Applications mobiles transmedia (ARG etc.) »

Mélanie Bourdaa (Bordeaux 3, MICA)

Pierre Cattan (CinémaCity)

Olivier Mauco (Paris 1)

Marie Pruvost-Delaspre (Paris 3)

Kristian Feigelson (Université Paris 3-IRCAV)

Viva Paci (Université du Québec, Montréal)

 

Pause déjeuner

14h-16h15 : Session « Vidéo-drones (drone, GoPro, Vine, Google Glass) »

Benoit Labourdette (Quidam Prod)

Jacques Perconte  (artiste)

Barbara Laborde (Paris 3-IRCAV)

Kanerva Cederström (cinéaste)

Geoffrey Delcroix (CNIL)

16h30  Conférence de clôture de Dominique Chateau (Université Paris I) : “Nouvelles formes et instauration artistique”

 Curation d’art photographique mobile durant le colloque par Sébastien Appiotti (Photophores, France) et Laurence Allard (IRCAV-Paris 3) à voir en ligne  ici

 

Comité scientifique

– Laurence Allard, maître de conférences, Université Lille 3 / IRCAV-Paris 3

– Fransceco Cassetti, professeur à Yale University

– Laurent Creton, professeur, IRCAV, Université Paris 3

– Pierre Mœglin, professeur, Labsic, Université Paris 13

– Roger Odin, professeur émérite, IRCAV, Université Paris 3

– Bruno Péquignot, professeur, CERLIS, Université Paris 3

– William Urrichio, professeur au MIT (fondateur Open Documentary Lab et the MIT Game Lab)

 

 

Le nouveau monde connecté ou la « biosocialité connectée », du mobile à l’internet des objets

Extraits du dossier « Culture Mobile » de mai 2013  consacré à mes travaux

« L’histoire du téléphone mobile depuis bientôt vingt ans a inauguré un autre type de rapport aux nouvelles technologies : non plus «compétitif» mais «symétrique» et «réversible». La révolution du mobile a donné du pouvoir à ceux qui jusqu’ici n’en avaient pas. Or, avec la métaphore de l’homme augmenté, notre nouveau monde connecté semble parfois nous engager dans une voie marquée une fois encore par une logique de domination. C’est notamment pour répondre à cette tendance que Laurence Allard a mis au point le concept de «biosocialité connectée». »
La suite par ici :

http://www.culturemobile.net/visions/laurence-allard-nouveau-monde-connecte

 

L’entretien complet « Le nouveau monde connecté ou la « biosocialité connectée », du mobile à l’internet des objets » par Laurence Allard

 

Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale

Par Laurence Allard et Olivier Blondeau de Labo Citoyen, porteur du projet « Citoyens Capteurs »

Du consommateur capté au citoyen capteur.

Face à l’inflation du discours autour des Big Data d’une part et d’autre part, le développement de l’Internet des Objets, qui s’exprime notamment dans les promesses des Smart Cities ou des Smart Grids, le citoyen a de plus en plus conscience d’être confronté à un monde de données et d’algorithmes dans son activité ordinaire en ligne. Le développement des capteurs, des puces et autres choses connectés accroit le volume de ces données et ouvre le marché des services de traitement à valeur ajoutée de ces Big Data, censés améliorer la gestion des flux (flux de communication, de trafic, de circulation de l’énergie). Il n’en reste pas moins que la captation passive des données par différents dispositifs dont serait porteur des « objets »  pourrait dessaisir le citoyen de ses capacités de réflexion et d’action sociales, politiques ou environnementales.

Lire la suite sur le site du projet Labo Citoyen/Citoyens Capteurs

Le mobile d’ici 5-10 ans

Le Mercredi 13 mars à 19h30 à La Cantine, Silicon Sentier et Satellinet organisaient une table-ronde sur les futurs usages du mobile.

Le Mobile d’après : prospective à 5 ou 10 ans
Evénement propulsé par le Mobile Monday Paris

Après le téléphone fixe, le téléphone mobile et le smartphone, quel est l’avenir du téléphone mobile ? Quels formats auront les téléphones dans les 5 à 10 ans ? Et pour quelles utilisations ?
Quels sont les projets des constructeurs en matière de formats, d’usages en matière de m-santé, m-éducation, m-paiement ou encore m-loisirs ?

En voici un intéressant compte rendu par Cyceron du blog Mediaculture.

Bonne lecture à vous!

« Hollande, Obama : des présidents élus de plus en plus grâce au numérique » par Laurence Allard et Joëlle Menrath

Voici en extrait une tribune publié dans le supplément « Solutions de communications aux entreprises » du Monde du 22 novembre 2012

« En France puis au Etats-Unis, où Barack Obama a largement exploité les techniques du Big Data pour sa réélection, la technologie prend une place grandissante dans les élections. Avec des électeurs qui ont quitté leur position d’observateurs passifs… mais sans pour autant trop se dévoiler.

Si la campagne « Obama 2008 » a été décrite comme une campagne mobilisant les électeurs par l’intermédiaire d’Internet et du mobile, celle de 2012 a fait apparaître une face plus obscure : l’usage de vastes jeux de données d’activité en ligne des votants contactés par les volontaires de la campagne. Dans cette campagne databased, la stratégie de mobilisation d’Obama s’est adossée plus que jamais aux pratiques numériques des électeurs.

En France comme aux Etats-Unis, c’est bien désormais la figure d’un électeur praticien du numérique qui est au cœur des stratégies électorales. Le citoyen connecté fournit des données et se prête aux segmentations, mais il est aussi un nouveau protagoniste des campagnes électorales, qui rompt avec une position de spectateur l’assignant à un format, à un lieu et à une temporalité, comme nous l’a montré une enquête ethnographique que nous avons menée en temps réel pendant les dernières élections en France. »

Pour lire la suite :

Actualité des conférences : diplomatie digitale, monnaie mobile

Dans la lignée de notre travaux sur la diplomatie digitale, le smart power et la monnaie mobile, voici un volet de slides issus de conférences récentes.

”Smart Power, Mobile Phone Technology and Philanthropocapitalism in Africa and MENA”, conférence au Colloque International Democracy Promotion and Nation Building in United States Foreign Policy. The U.S. Model Reconsidered, From the Post-Cold War Balkans to the Arab Revolts, 18 Octobre 2012, Université Paris 3/The German Marshall Fund of the Unites States

 

La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres

Voici en extrait, l’article publié dans Le Monde Diplomatique de mai 2012.

« Dans les heures qui suivent le tremblement de terre du 12 janvier 2009 en Haïti, plusieurs initiatives permettent de cartographier les besoins, les demandes d’aide, les appels de familles de disparus… Enseignant-chercheur spécialisé dans la cartographie de crise, Patrick Meier s’associe au programmeur kényan David Kobia, qui, en 2007, avait fondé le système Ushahidi, destiné à permettre à des citoyens de signaler les affrontements postélectoraux. De façon inattendue, cet outil va offrir une plate-forme à l’information d’urgence en Haïti : Meier et Kobia mettent en effet sur pied un système d’alertes géolocalisées transmises par téléphone mobile. L’opérateur Digicel leur emboîte le pas et fournit aux Haïtiens un numéro d’urgence unique, le 4636. Des centaines de vies seront sauvées.

A l’aide du service de messagerie (SMS) des téléphones portables et d’instruments de géolocalisation, Ushahidi permet d’organiser la réponse avec très peu de moyens. De tout le pays affluent des signalements : disparitions, manque de nourriture ou d’eau dans les orphelinats, personnes rescapées, etc. Traduits en français, anglais et créole par deux organisations non gouvernementales (ONG) — Samasource et Crowdflower —, les textos sont localisés, vérifiés et catégorisés avant d’être publiés sur une carte par une équipe de volontaires rassemblés à la Fletcher School of Law and Diplomacy, basée dans le Massachusetts, où enseigne Meier.

Grâce à une passerelle SMS mise en place par Instedd, une start-up américaine spécialisée dans la gestion informatisée des situations de crise, la Croix-Rouge — mais également les marines américains — est en mesure de recevoir les alertes signalant une situation dangereuse et sa localisation.

Cette rencontre inédite entre informaticiens kényans et armée américaine a joué un rôle déterminant dans la redéfinition, sous l’impulsion de Mme Hillary Clinton, des méthodes du département d’Etat. Les Etats-Unis ont certes une longue tradition d’usage des technologies de communication, liée à la transmission de la Voix de (…)  »

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679

 

Révolutions arabes, Mouvement des Indignés, OWS : vers un nouvel horizon cosmopolitique ?

Ces réflexions documentées autour du Mouvement des Indignés et d’Occupy Wall Street se situent dans le prolongement des travaux publiés dans ce blog au sujet des Révolutions Arabes. Elles correspondent un premier état d’analyse de données collectées en temps réel des mobilisations en cours. Bonne lecture à vous et travaux à suivre.

[MAJ] Annonce du Colloque International « Téléphone mobile et création », 14-15 juin 2012, Paris.

Pour tout savoir sur le colloque international « Téléphone mobile et création : cinéma, vidéo, jeux, écriture, musique, applications », organisé par Laurence Allard, Laurent Creton, Roger Odin, Benoit Labourdette et l’IRCAV-Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, qui aura lieu du 14 juin 2012 au 15 juin 2012,  INHA, 75002 : le site du colloque par ici.

[MAJ] Un formulaire d’inscription est disponible sur le site du colloque.