L’art de la capture d’écran, de Richard Prince à l’auto-screen

Par défaut

Une polémique enfle au sujet du travail de  Richard Prince exposant pour des centaines de milliers de dollars des photographies capturées sur Instagram. Elle se cristallise notamment autour de la question juridique puisque l’artiste plaide le « fair use » (usage loyal à caractère transformatif) pour justifier la valeur artistique de son geste d’appropriation mais qui est ressenti par certains auteurs des photographies capturées comme de la simple prédation.

Dans ce blog consacré à décrire empiriquement la culture mobile sur la base de collecte de corpus et d’entretiens, nous voudrions aborder la controverse Richard Prince  en nous focalisant sur le type de contenu au coeur de cette polémique, à savoir non pas des photographies mobiles mais des captures d’écran agrandies et exposées.

En effet, ce contenu « capture d’écran » devient, selon nous, crucial à l’heure où nos existences connectées peuvent s’apparenter à un ready made by mobile. A travers la « capture » de soi, des autres, du monde  dans le flux de nos conversations digitales créatives mixant sur le vif des images et des mots tout au long d »une journée, la banalité de nos vies quotidienne se trouve théâtralisée, mise en scène, racontée… bref se trouve transfigurée tel un objet trivial promu oeuvre d’art comme « ready made » par l’artiste Marcel Duchamp.

Des appropriations lucratives de Richard Prince au corpus endogène que tout praticien du mobile confectionne et partage tout au long d’une journée, l’art de la capture d’écran reste à décrire dans un contexte culturel foncièrement ambivalent entre le marché de l »art (ses galeries, ses critiques, ses artistes) et marché de l’expressivisme (ses plateformes, ses GAFAM, ses talents).

La capture d’écran comme art spéculatif : l’appropriation art selon Richard Prince

La controverse « Richard Prince » de juin 2015 débute suite à l’exposition d’impressions grand format de captures d’écran de photographies mobiles postées par des utilisateurs d’Instagram  à la Frieze Art Fair à New York et notamment d’un portrait de femme vendu pour 90 000 dollars, Doe Deere par ailleurs créatrice d’une marque de cosmétiques. Cette dernière a reposté sur son compte une photographie de son portrait capturé avec ce commentaire aux hastags significatifs de la perception d’un marché de l’art contemporain spéculatif (#wannabuyaninstagrampicture) :

« Figured I might as well post this since everyone is texting me. Yes, my portrait is currently displayed at the Frieze Gallery in NYC. Yes, it’s just a screenshot (not a painting) of my original post. No, I did not give my permission and yes, the controversial artist Richard Prince put it up anyway. It’s already sold ($90K I’ve been told) during the VIP preview. No, I’m not gonna go after him. And nope, I have no idea who ended up with it! #lifeisstrange #modernart #wannabuyaninstagrampicture. »

 

En septembre/octobre 2014, à la Gagosian Gallery de New York, Richard Prince avait déjà  exposé des clichés retouchés capturés initialement posté sur le réseau social de photographies mobiles qui s’étaient vendus pour certains à 100 000 dollars.

A noter que les photographies dont la valeur est jugée bonne à être captée sont par avance signées par l’artiste qui va les commenter par quelques mots ou encore des emojis. L’art comme ready made reste  plus que jamais une question de nom propre comme Thierry de Duve l’avait démontré dans « Au nom de l’art » (1989).

Les commentateurs du travail de l’artiste contextualisent ces expositions de captures de photos d’anonymes en les replaçant dans une oeuvre débutée dans les années 70 autour du genre appropriation art consistant à « re-photographier » des photographies existantes. Parmi ces séries d’images prélevées dans la culture populaire, citons la photographie de l’actrice Brooke Shields  ou le cow boy de la publicité Malboro. Les selfies, portraits de soi dans le monde réalisé par l’intermédiaire de son mobile, constituent pour Richard Prince  aujourd’hui le terrain d’expression idéal de cette culture visuelle populaire dans un sens renouvelé puisque ce sont en effet des gens ordinaires qui se photographient par eux-mêmes.

Dans son essai « Appropriation Art » de 1978, Richard Prince  a décrit le mode de réception de ces  « images d’images » proche de l’état de « rêve éveillé » pointé par le sémiologue Christian Metz à propos du cinéma dans Le signifiant imaginaire (1975). Cette allusion à un « état affaibli de vigilance » trouve un écho particulier dans cette économie de la distraction développée par les réseaux socio-numériques et le déluge informationnel dans lequel nous naviguons sans grande attention  :

« I think appropriation has to do with the inability of the author slash artist to like his or her own work, period. Especially if the work is all theirs, period. I think it’s a lot more satisfying to appropriate, comma, especially if you are attempting to produce work with a certain believability, comma, an official fiction let’s say. If you take someone else’s work and call it your own, comma, you don’t have to ask an audience, quote, to take my word for it, unquote, period. It’s not like it started with you and ended up being guessed at. The effect you want to produce is not that different from what an audience sometimes experiences when viewing a good movie. And that’s what — and then in quotes — somebody named Christian Metz called a general lowering of wakefulness. »

D’un point de vue juridique, l’artiste plaide le fair use – c’est à dire un usage loyal d’un contenu préexistant de part un apport transformatif et des conditions de publication qui ne pénalisent pas la diffusion première – pour justifier cette oeuvre qui interroge dans la lignée du pop art le caractère reproductible de l’oeuvre d’art à l’ère de la culture de masse.

Parfois cet usage loyal ne saute pas aux yeux des juges comme le procès perdu en 2013 suite à son utilisation des photographies de Patrick Cariou sur les rastas jamaïcains, retravaillées par Richard Prince en collages sur toiles, graffités et peints. Jugement en partie renversé en appel.

Une autre forme de contestation du caractère loyal de la captation d’images par Richard est proposée par les Suicides Girls, qui consiste à vendre des captures d’écran de l’exposition à la Frieze Art Fair pour le prix de 90 euros et de reverser ces sommes à des organisations comme l’Electronic Frontier Fondation, militant pour le respect la privacy sur internet. Cet activisme cible ici la côté de l’artiste sur un marché de l’art spéculatif.

On le voit la question n’est pas tant juridique que socio-esthétique avec cette valorisation inattendue de la capture d’écran.  Il est assez étonnant d’établir un rapprochement avec cet « Art Work by Anonymous« , capture d’écran d’un post sur 4chan (en août 2014)  vendue 90 900 dollars sur eBay. Ce screenshot consistait en cette sentence : « Avant, l’art représentait quelque chose à chérir, aujourd’hui, absolument n’importe quoi peut être de l’art. Ce post est de l’art ».  Comme le faisait remarquer avec humour le philosophe Daniel Pinkas enseignant à l’HEAD de Genève, il semble que le marché de l’art se soit finalement aligné sur les jeux d’enchères du site de commerce en ligne Ebay pour valoriser l’art de la capture d’écran à hauteur de 90 000 euros.

 

La vie sous capture d’écran 

La valeur atteinte par des captures d’écran au sein du marché de l’art n’est peut-être pas de façon conjoncturelle attachée aux travaux appropriatifs de Richard Prince.

Au sein de la prose abondante sur le numérique, peu de cas est fait de ce qui est à proprement parler un  « écrit d’écran » (Emmanuel Souchier) dont les usages sont trivaux et multiples.

Photographie et SMS ont pu faire l’objet de travaux nombreux d’analyse en tant qu’ils viennent prolonger et renouveler  les pratiques de l’écrit et de l’image.  Les arts de faire des praticiens du numérique en matière de « capture d’écran » sont encore trop peu investis à notre connaissance.

Or ils possèdent une actualité du point de vue des usages conséquente et qui s’éloigne quelque peu d’une fonction de co-production de la factualité bien connue de nous tous (échange de recettes, de noms d’applications etc.) comme ici. La capture d’écran est ici moins un contenu en soi qu’une forme de duplicata.

Une première explication tiendrait en un déterminisme technologique renvoyant la montée du contenu capture d’écran (« screenshot ») dans nos corpus d’user generated content notamment chez les plus jeunes, au développement des pratiques éphémères de « snap » favorisées par l’application Snapchat.

L’un des usages juvéniles de cette application de composition d’un agencement créatif d’images-textes-dessins est en effet de capturer le moment présent et de le transmettre sur un temps limité (de 10 secondes à 24 heures selon les fonctionnalités).

Le mobile comme « technologie du soi » (Michel Foucault) supportant l’individuation et la socialisation des plus jeunes en tant qu’il est tel leur compagnon d’existence, rend possible en effet des pratiques photographiques et textuelles agentives et automédiales, permettant d’agir sur soi et ses affects à travers des expressions digitales.

De ce fait, quand le « snap » devient une routine existentielle chez les mobile born qui vont photographier comme ils respirent, comme ils regardent, comme ils ressentent, le fait de réaliser une capture d’écran en constitue le pendant temporel, pour notamment « faire des dossiers » dans lesquels le screenshot devient une nouvelle monnaie d’échange symbolique. On échange ainsi des captures d’écran dans les cours des collèges et lycées comme autrefois on échangeait ses trésors (billes de verres, billets doux…).

La virtuosité dans ce scénario socio-technique réside d’ailleurs tout autant dans la faculté de composer  une capture d’écran d’un snap que de produire des images-textes prises sur le vif, en un coup d’oeil.

Admirer son prof en secret c’est réussir à le prendre une photo, la commenter par des emojis et l’envoyer à ses meilleures amies qui vont en réaliser une capture d’écran et la tweeter, illustrant les nouvelles tyrannie de la publitude à l’âge de la vie sous capture d’écran.

 

La pratique du « regram » sur Instagram, qui consiste à reposter des photographies notamment sous la forme de capture d’écran – en l’absence de fonctionnalité  interne -constitue également un terrain fécond pour le montée du screenshot comme contenu.

Ce ne sont pas seulement d’ailleurs les « insta » qui peuvent être regramés mais l’on observe au sein de la panoplie d’écrans et de services entre les mains des utilisateurs des circulations comme des snaps capturés et montés avec un regram comme cet exemple l’illustre issu d’une initiative étudiante de maraude auprès des SDF de la ville de Lille.

Déjà esquissé dans un billet précédent consacré à la vidéo conversationnelle et à ces pratiques de captation en live ou en boucle qui agrémentent la vie quotidienne des plus jeunes et transforment des activités routinières en défi ludique (Dubsmash, Vine, Periscope, Snapchat), il nous est apparu que la « vie capturée », c’est à dire photographiée, vidéographiée, textotée  constituait désormais un registre d’existence qui s’accomplit désormais non pas devant un écran mais avec des écrans scripteurs.

Faire de sa vie un ready made by mobile n’est pas toujours une modalité d’être au monde partagée par tous. Comme me le décrit cette maman factrice du Nord Pas de Calais de 45 ans avec perplexité  « Ma fille, elle vit pour son téléphone. Elle se tape des poses [seflies] entre deux fourchettes et elle envoie à ses copines. Moi je lui dis tu manges froid ou tu arrêtes ».

Et dans le cadre d’une une existence connectée régie par l’im-médiaté des signes, dans le contexte d’une vie sociale médiée par des écrans-écritoires, ne peuvent s’échanger en effet que des images d’écrans.

Chez les plus jeunes, il devient concevable de « vivre et filmer/photographier sa vie » dans le même temps, de la documenter, de la narrativiser, bref de la transformer en un « ready made by mobile ».

Cette vie mise en scène en temps réel peut alors se monétiser comme le petit commerce de soi-même dans l’économie créative des GAFAM, la nouvelle scène de recrutement des talents producteurs de contenu du numérique.

Ce lycéen de 17 ans en terminale L de Paris, qui a ouvert une chaine Youtube,  réalise des vines, confectionne des photo-montages sur Instagram et poste des sons sur Soundcloud et rêve de vivre de toutes ses créations sans savoir trop comment (« par la pub j’imagine » me répond-t’il dans le cadre d’un entretien par SMS), raconte comment il fait des vidéos avec son smartphone toute la journée  « comme sa, dans l’enceinte du lycée mais pas pendant les cours ».

 

Ces technologies de capture du réel qu’ont représenté en leur temps d’invention la photographie, le cinéma, la vidéo, la télévision s’éloignent du paradigme de la représentation – c’est à dire d’un imaginaire morbide de préservation de l’existence par l’apparence décrit par André Bazin dans « Qu’est-ce que le cinéma » – au profit d’un usage de présentification au monde sous x apparences (en chair et en os, en images, en écrit, en boucle…) lorsque leurs fonctionnalités ont été intégrées au sein du terminal mobile, technologie de communication (à distance, en co-présence, avec soi-même).

Au sein de cette existence et ses interactions éprouvées dans des jeux de langage transécraniques et transmédiatiques, la capture d’écran fige la mise en abyme de soi comme ici  ce selfie sur vine reposté sur une chaine Youtube par une jeune lycéenne s’essayant à la shortcomisation, cette mise en sketch de l’existence sur le modèle des Norman, Cyprien et autres talents dits numériques.

 

Exprimer un état intérieur par l’intermédiaire d’une capture d’écran d’un jeu vidéo auquel on est train de jouer ou comme ci-dessous son émotion suite au vote d’une loi sur la surveillance que l’on estime problématique vis-à-vis de la vie privée en capturant un stream video et y ajoutant des verbatims avec un logiciel type Fireworks, les usages expressifs de la capture d’écran sont désormais nombreux et divers.

 

On observe même des usages revendicatifs des captures d’écran des capteurs d’activités natifs dans les smartphones pour mettre en avant de mauvaises conditions de travail. Les données du soi quantifié et capté peuvent être détournées  en un « tract post-digital » par une capture d’écran publiée sur des réseaux socio-numériques.

De l’auto-screen au screenshort : capture d’écran vs lien hypertexte ? 

La notion « d’auto-screen » peut également être invoquée comme nouvelle pratique citationnelle chez les jeunes thésards qui vient démontrer un hack d’usage observable à plusieurs reprises sur twitter de contournement de la limite des 140 caractère par l’ajout d’une capture d’écran comme image sur l’interface de Twitter.

La capture d’écran d’un texte à usage de citation est le plus souvent réalisée avec les moyens du bord comme par exemple prendre une « photographie » mobile d’un article – une façon créative de digitaliser le réel et d’assurer la continuité entre anciens et nouveaux médias.

 

 

Cette capture d’écran ci-dessus a été ainsi réalisée par l’intermédiaire de Gimp suivant les explications de son auteur journaliste à Rue89, tandis que d’autres utiliseront un raccourci clavier  du type « Ctrl-C Ctrv sur un document Word et saisie partielle d’écran shift cmd 4 » (A., 35 ans, universitaire, banlieue parisienne) pour citer un mail sur un compte Facebook. Comme l’exprime une screenshoteuse (L., 30 ans, juriste, Paris) « c’est du bricolage ».

Bricoler un ersatz de lien par une image d’écran, copier-coller des extraits d’un mail, les images d’écrans s’inscrivent dans cette remixabilité généralisée qui constitue la prose du web pour les praticiens du numérique dont la ligne de conduite pourrait être « express yourself by yourself! »

Avec la proposition de fonctionnalité native sur le système de publication Medium.com de « screenshort » pour partager des extraits d’articles sur d’autres réseaux sociaux, la capture d’écran semble faire concurrence au lien hypertexte au profit d’une textualité qui enchâsse les signes au sein d’un même énoncé comme ce tweet accompagné d’un « screenshort », d’une capture d’un extrait d’article.

Des images d’images de Richard Prince aux images de textes vernaculaire, du troll de l’art contemporain aux usagers tacticiens du numérique, un art de la capture d’écran s’affiche indéniablement au grand jour.

Ce qui n’exclut pas de penser que si  Richard Prince est un troll de notre époque re-marchandisant dans le monde des galeries d’art contemporain ce qui permet à des GAFA de produire de la valeur à partir d’expressions photographiques gracieusement créées par des utilisateurs d’Instagram, c’est encore une fois la fondamentale ambivalence de la culture de notre époque que nous devons documenter au plus prés des pratiques pour ne pas tout à fait en désespérer.